LIZE - BQG


De 1991 à 1993, une fois de plus, un détachement du 1er RG doit assurer la garde du quartier pendant les travaux de rénovation. La nature reprend ses droits et sa place et les lieux affichent une immense tristesse. A l’été 1993, le Bataillon de Quartier Général de l’Eurocorps est créé et prend le quartier en compte.
Chacun retrousse les manches pour s’attaquer à cette lourde tâche qui est de redonner à ces lieux un caractère vivant et gai.
Quelques grands projets urgents verront très rapidement le jour, comme le bâtiment des cadres célibataires (BCC) et le Service de Restauration et Loisirs (SRL), cet imposant bâtiment au centre du quartier.
La mise en service du nouveau SRL, en 1995, mettra un terme définitif aux popotes disséminées dans le quartier.
Les militaires du rang prenaient leurs repas dans le bâtiment où de nos jours est installé le Détachement de Soutien National français et l’ancien mess des officiers et sous-officiers était l’actuel bâtiment infirmerie. Pour se convaincre de l’utilisation originale de ces bâtiments il suffit de vérifier la présence des chaudrons taillés dans la pierre en grès des Vosges au-dessus des voies d’accès.
 
Aussitôt arrivé sur place, le commandement de l’Eurocorps effectuera une demande de réhabilitation du gros bâtiment situé au coin Sud-Est du quartier (marqué "x" sur les plans allemands de 1912) auprès du service du génie. Mais ce dernier, après un examen approfondi des structures (à cause notamment de l’apparition de fissures sur certains murs porteurs intérieurs) et avec l’aval de l’architecte des monuments de France, prendra la décision de le faire démolir (octobre 1994)… pour laisser la place à un espace vert, qui, pour l’heure, a pris la configuration d’un parking.
 
De nos jours, le quartier vit à l’heure européenne. On y parle plusieurs langues et l’on a maintenu de nombreuses traditions nationales.
Chaque matin la journée commence par un rassemblement au cours duquel le commandant de compagnie ou son adjudant peuvent commenter aux militaires rassemblés la tendance du jour, donner les ordres ad hoc et insister sur les points importants utiles pour la vie en collectivité. Ensuite chacun vaque à ses activités.
Dans certains endroits, la langue allemande, pour n’évoquer qu’elle, est revenue comme à l’origine du casernement dans les années 1910. Entre-temps plus de quatre-vingt dix ans et deux guerres mondiales se sont écoulés. Quel étrange retour de l’histoire ! Mais en 2003, toutes les nations membres, main dans la main, sont résolument tournées vers l’avenir et se préparent activement aux défis majeurs que l’Eurocorps aurait à résoudre demain.

Avant de refermer ce chapitre, il n’est pas inutile de rappeler le nom de la rue à proximité des quartiers LIZE et LYAUTEY.
De nos jours nous avons la route du Neuhof qui passe devant ces quartiers jusqu’au pont de la voie ferrée (à côté du complexe sportif de la Kibitzenau), puis, au-delà, c’est la route du Polygone.
Au début du XXe siècle, selon le même partage nous avions l’Altenheimerstrasse prolongée de la Polygonstrasse.
 



Créé avec Créer un site
Créer un site